Art contemporain


"L'art contemporain, c'est l'archéologie du présent." Gaëtan Faucer


Notre vision de l'art contemporain...

Plutôt que de proposer une définition, plutôt que de chercher la définition consensuelle à l'art contemporain, pourquoi pas vous laisser transporter par nos pensées et nos choix?

 

Quelques citations, et surtout nos adresses ou encore nos coups de coeur...


Esquive et hiatus, contre la définition de l’art contemporain.                                                                          Par Manon Blanchette

Une citation de l'article de Manon Blanchette, paru dans la revue d'art contemporain, ETC Montréal.

 

"Définir, c'est poser des limites. Or, l'art contemporain est sans limite. Définir, c'est répondre à une volonté logique d'organisation, et l'art contemporain possède son propre langage et sa propre nécessité. Est-il possible alors de définir ou plutôt de questionner la notion de contemporanéité en faisant en sorte que celle-ci soit présentée dans ce qu'elle a de non- défini ? Tourner autour, avoir un regard circulaire, parler d'autre chose, seraient peut-être des méthodes à utiliser ici, puisque depuis Duchamp, on s'entend pour dire que tout peut être de l'art.

Prenons par exemple l'idée de la relation qu'entretient un artiste avec son époque. L'art possède une fonction critique importante. Libre des contraintes qu'impose notre société, l'artiste marginal peut se permettre de donner ouvertement son opinion car on pense, d'une manière bien romantique, que celui-ci n'a rien à perdre. Le reproche que l'on fait cependant aux musées d'art contemporain est celui d'avoir transformé l'artiste en travailleur du système de l'art. Aujourd'hui, les artistes créeraient sur commande. Ils répondraient entre autres à des impératifs de formats imposés par les musées, si bien que la nature de l'œuvre s'en trouverait corrompue. En conséquence, l'art contemporain existerait seulement à l'extérieur des musées ! Ce serait si simple... Mais l'art contemporain est capricieux autant que l'individu qui le produit, la seule règle étant qu'il n'y a pas de règle.

Et que faisons-nous alors dans les musées ? Vous conviendrez avec moi qu'il vaut mieux faire émerger immédiatement la question des critères d'évaluation qu'utilisent les conservateurs, puisqu'elle est fondamentale et latente dans le débat sur la contemporanéité. Car, si je suis dans l'incapacité de localiser définitivement l'art contemporain, peut-être pourrais-je dire ce qu'il est ? Ce qu'il est ou ce qu'il n'est pas !".